Le prélude originel

Il fut un âge lointain
Aucun homme ne put le voir :
Aucun sol sur lequel se mouvoir,
Ni aucun ciel qui ne soutint
Les étoiles, n’existaient ni soir, ni matin,
Tel était le Rien.

Poussières de fer, poussières de roche,
Uniques brouillard du vide,
Grandes fournaises torrides,
Virent par visions chamanes d’hier.
Dans chaos et silence du néant,
Ne vivaient encore ni dieux, ni géants.

Par larges danses tournoyantes
S’amassèrent pierres créatrices,
Immenses collines à jardin propices,
Naît ainsi boule flamboyante
De bûchers et brasiers bouillonnants,
D’air mortel nullement avenant.

Océan de lave cuisant
Se tarit par attaque brutale,
Apparut plancher initial,
Souffle frais apaisant.
Lune nouvelle aussi naquit
Devant Soleil déjà acquit.

Du vide béant vinrent moult affronts :
Flèches de givre devinrent morceaux
Contre flèches de feu en un vaillant assaut.
Vapeurs épaisses en cachèrent le front,
Aux confins de la bataille prirent sources
Rivières stériles en rapides courses.

Vagues tumultueuses grondèrent,
Tempêta vent violent,
Éclairs, tonnerres hurlants,
Uns et autres longtemps luttèrent,
Puissances déchaînées enfin se calmèrent
Lune et Terre se virent comme fille et mère.

Émergèrent langues de flammes et langues de terre,
S’assemblèrent en un vaste domaine,
Hostile logis en peine,
Poison volant, infertile mer,
Monts incultes, foyers éteints,
Ni vie, ni mort, ni destin.

Du ciel meurtri frappa le roc,
Riche d’étincelles infimes
Ensemença le fond des abîmes
Répandit les fruits du bienheureux choc.
Œil ne pouvait la voir,
Faible, imperceptible et dérisoire.

Montagnes fumantes crachèrent noirs nuages,
Sous les étouffantes effluves, Soleil disparut
Gel recouvrit les vastes étendues,
Lumières intenses éblouirent les parages,
Eau et sol, blancs déserts de glace,
Barrières épaisses où rien ne passe.

Temps après temps coulèrent
Sur brumes dissipées et astres bienveillants,
Flot limpide et flux vivifiant,
Chaleurs bienvenues arrivèrent
Des bas fonds semence survécut
Aube des peuples invaincus.

Mère de tout inconsciente gît,
Attend qu’en son sein ses enfants grandissent,
Dans le liquide natal se nourrissent,
Enfantera doucement en son lit.
Attend en elle-même l’essence,
La douce prière de sa descendance.

prélude originel

prélude originel

Publicités
Catégories : Poèmes au long cours | Étiquettes : , | 11 Commentaires

Navigation des articles

11 réflexions sur “Le prélude originel

  1. Pierre

    Selon la Bible, Dieu créa toute chose en six jours (et non en sept!) et il eut ensuite besoin de se reposer.
    Nous savons maintenant que tout cela n’est qu’un joli compte de fée.
    Toutefois, en lisant ce poème, j’ai retrouvé la magie créatrice qu’on lit dans la Génèse et c’est divin.
    Merci Niele, ce poème est une réussite !

    Aimé par 1 personne

  2. françoise puertas

    J’en suis toute essoufflée comme si c’étais moi qui venais de mettre au monde! En vous lisant, je vous ai accompagné dans votre douleur, mais quel bonheur!!

    Aimé par 1 personne

  3. Oui c’est une belle évocation de la création des mondes
    Bravo Niele ! C’est du très beau travail de…… création!

    Aimé par 1 personne

  4. françoise puertas

    Le commencement de tout! Que ce poème est beau! J’en ai des frissons! Je me suis même sentis décollée, l’impression de vivre le début de la création! MAGNIFIQUE! Merci Niele.

    Aimé par 1 personne

    • Merci Françoise!!! Ce poème est celui que j’ai mis le plus de temps à créer!!! Jusqu’au dernier moment, je n’étais pas sûre de le finir car il est remonté de loin!!!
      Comme d’habitude, vous m’avez suivie intuitivement sur le long chemin de nos origines, merci de m’accompagner!!!!

      J'aime

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :