Contes de Norvège de Jørgen Moe et Peter Asbjørnsen

Les contes de Norvège est un recueil de contes issus de l’œuvre norvégienne de Jørgen Moe (1813-1882) et de Peter Asbjørnsen (1812-1885), en particulier de « Contes populaires norvégiens ». Les deux auteurs (le premier étant poète, écrivain, responsable de l’Église de Norvège, le second, écrivain, naturaliste) collectèrent auprès de la population des contes et légendes jusque là transmis oralement dans le cadre de leur sauvegarde écrite. Le recueil est publié vers 1840, il aura un très grand succès en Scandinavie et contribuera à l’expression du romantisme norvégien. D’autres auteurs tels que Ibsen ou Andersen y puiseront leur inspiration. Ces contes sont ici illustrés par Kay Nielsen (1886-1957) qui travailla pour Disney (Fantasia).

Vous trouverez entre autre le conte « La Reine Muette » qui m’a beaucoup marqué comme je vous l’expliquerai plus loin ! Il nous narre l’histoire d’une jeune femme dont les parents pauvres ont confié l’éducation de leur enfant à sa marraine en échange d’un digne baptême. Chassée de chez cette dernière quelques années plus tard pour cause de désobéissance, elle se voit privée de sa voix au profit d’une grande beauté, elle erre aux abords d’un château où le prince la remarque, en tombe amoureux et décide de l’épouser. Elle donne naissance à trois enfants qui lui sont magiquement enlevés par sa marraine en signe de punition. La cour du prince croit alors que la reine muette est une sorcière, qu’elle a dévoré ses propres enfants, ainsi on la condamne au bûcher. Fort heureusement la cruelle marraine apparaît au dernier moment accompagnée des trois enfants et sauve la belle reine. La marraine se présente enfin sous le nom de la Sainte Vierge !
Le livre est ponctué de belles illustrations qui correspondent indéniablement au courant romantique malgré le décalage entre l’époque de réécriture des contes et celle de la réalisation des dessins. Ces derniers sont toutefois assez naïfs et manquent de précision et d’originalité.
Le manque d’originalité s’applique également aux textes : sur ces huit contes, on retrouve plusieurs fois les mêmes thèmes. Des princesses enlevées, des personnages punis excessivement pour cause de désobéissance, des trolls mangeurs de chrétiens reviennent de manière récurante dans un style classique, très banal, privé de toute poésie.
On sent derrière ces légendes très anciennes une purge excessive de tous éléments traditionnels païens au profit de la religion chrétienne cela appauvrit les histoires, leur faisant perdre tout sens logique (voir le conte de « La Reine Muette »), tout sens initiatique et spirituel : les Nornes deviennent des sorcières, les paysans deviennent de bons chrétiens …
Je suis donc très déçue de ce recueil, je ne le recommande absolument pas ! Les contes de Moe et Asbjørnsen font apparemment partie du patrimoine culturel norvégien et sont représentatif du courant romantique norvégien du XIXème siècle mais n’arrivent pourtant pas à la hauteur des contes de Grimm ou d’Andersen. Ils représentent, à mes yeux, une sape méthodique d’une culture riche en folklore, un appauvrissement volontaire des traditions due à une récupération religieuse par un mystique (Moe) désireux de radier toutes influences des croyances passées. Il me reste à espérer que le choix de ces huit contes ne soit pas représentatif de l’œuvre complète des deux auteurs, la lecture des tomes des « Contes de Norvège » semble donc nécessaire afin de se faire une idée plus précise sur la qualité des livres originaux.

Pour plus de détails: http://www.babelio.com/livres/Asbjrnsen-Les-contes-de-Norvege/303518

Contes de Norvège

Contes de Norvège

Publicités
Catégories : Contes et légendes | Étiquettes : , | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Contes de Norvège de Jørgen Moe et Peter Asbjørnsen

  1. Pierre

    Oooooh!!! Des contes pour papars !
    Chic!
    😀

    Quel dommage! Ce pasteur manquait de respect. Même le moine Sturluson a essayé de ne pas trop dénaturer les eddas…
    Alors que là, manifestement, c’est aussi trafiqué qu’un conte de Grimm repris par Disney! Quel dommage…

    Aimé par 1 personne

  2. françoise puertas

    Je ne connais pas les contes de Norvège!!

    Aimé par 1 personne

  3. Il est dommage que ces « réécriveurs » (car auteur n’est pas adapté) aient autant dénaturé le texte original.
    Du coup il est devenu aussi fadasse et insipide qu’une hostie…

    Ton article, lui, est bon!
    😉

    Aimé par 1 personne

    • Dommage que l’on ne trouve que ces deux auteurs-ci, il faudrait voir en langue originale. Je ferai une critique des contes de Suède, qui sont bien mieux!

      J'aime

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :