Appel au guerrier à l’arc

Je t’ai connu jadis
Brave et fier,
Aux côtés d’Odin
Tu siégeais
Arme à la main,
Main sur le cœur,
Corbeaux sur l’épaule
Tissaient de tes cheveux noirs
L’arc de la gloire,
Qui jamais sa cible ne rate.
Qui t’a donc désarmé ?

Attendent les flèches ton retour,
Guerrier du tendre bois,
Apaise tes tourments d’autrefois.
De tes cieux sans nuages
Se déversent sans fin la pluie
La recueille Mère de Tous
En son devin chaudron
Plus qu’il n’en faut.
N’entends tu pas sa complainte ?

Dans ton sommeil
Elle t’appelle.
De tes blessures
Calme la douleur,
De ses doigts graciles
Effleure ta chair blessée,
Des cordes de sa harpe
Tressées des fils de ta chevelure
Se souvient délicatement,
De sa plus belle soie rouge
Panse tes plaies d’enfant,
Sur ton front soucieux
Dépose le baiser tendre
De la mère unique.
Quand reviendras tu ?

De ton absence
Se résignent nos parents
Doux compagnons de bataille,
Les chaudes soirées de bivouac
Écoutaient ta voix monter
Aussi haute que tes flèches.
Ardent et enragé
Tu savais être
Au sein des champs (chants) sacrés
Nous as tu donc oublié ?

Une pensée toute particulière pour un ami…

Publicités
Catégories : Poèmes au long cours | Étiquettes : , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Appel au guerrier à l’arc

  1. françoise puertas

    Tristesse et nostalgie! Quelqu’un te manque Niele! C’est un beau poème!

    Aimé par 2 people

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :