Vers courts pour longs temps (13)

Sur son trône gardé
Roi d’ébène au centre du royaume
Vers les forteresses aux quatre vents
Ébauche la fuite inévitable,
Aux bords du monde amenés
Rebelles d’albâtre du confin des terres
En l’encerclement du sombre monarque
Ordonnent la capture probable.


Blancs contre noirs
Sur la gigantesque table
Cases après cases
Déplace les pièces dressées,
L’emporte l’intelligence
Où la force ne gagne
Façade n’est que la couleur
S’appliquent les règles aux pions et aux humains.

*****

Deux malins corbeaux
Parcourent les mondes,
Reviennent au nid douillet
Abreuvés de précieux savoirs
Alliés ailés du sage dieu,
Redresseur des destins perdus.
De fuir la paternelle emprise
Fils égaré ne le peut,
Échapper à l’étreinte de fer
N’est que fantasque illusion.
Sont gravées les rouges runes
Dans chaque intimes parcelles
De la natale essence,
Du destin aux déchirantes épreuves
S’enroulent les lés réguliers
Laborieusement se tisse l’armure unie,
Bon an, mal an, sûrement,
Se renouent les fils rompus
Y travaille le père aux deux corbeaux

*****

Sur la lune drapée de brillants atours
Étend la lune un drap de velours,
Devant la porte du sanctuaire
Hulule le hibou solitaire,
Sur les lisses pavés de l’allée
Ondulent les ombres encapuchonnées,
Jusqu’à l’autel de marbre glacé
Accompagnent la mystérieuse égarée,
De la plus obscure parcelle
Gèle le corps supplicié la froide stèle,
Par les sept mages du pouvoir
S’officie le magique savoir,
De paroles enchanteresses
Conjure le dieu de sagesse,
Le grand maître puissant
Appose de ses mains le talisman,
La divine lance émergée
Transperce d’un brusque jet
La victime dans un sursaut
Délivre le mal en un sanglot.
S’éclipse la lune et les tourments,
S’évapore les occultes relents,
Derrière la porte du sanctuaire
S’élancent les corbeaux solitaires.

Publicités
Catégories : Vers courts pour longs temps | Étiquettes : , , , | 3 Commentaires

Navigation des articles

3 réflexions sur “Vers courts pour longs temps (13)

  1. françoise

    Le premier poème me donne l’impression d’être sur un jeu d’échecs!
    Le deuxième j’aime beaucoup, il fait allusion à Odin?
    Le troisième est un peu sombre, mais j’aime le relire! Merci Niele

    Aimé par 1 personne

    • Dans le premier, il s’agit du hnefatafl, le jeu de la table du roi, jeu stratégique apparenté aux échecs.
      Dans le second, je fais référence à mon guerrier à l’arc qui fuit désespérément l’ oeil d’Odin.

      J'aime

  2. Ah très bien!!
    Toujours aussi bon!

    Aimé par 1 personne

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :