Les rites communautaires anciens: de l’âge adulte à la mort (2)

La première partie de cet article s’arrêtait à l’âge adulte. Nous avons abordé les rites de la naissance, du passage de l’enfance à l’adolescence qui faisait entrer l’individu dans l’âge adulte. L’individu est déjà bien ancré dans sa famille et son clan, sa place y est maintenant clairement définie.

La demande en mariage et les fiançailles

Je classe également dans les rites du mariage, la cérémonie de la demande en mariage et des fiançailles. Généralement, il n’y avait pas de rituels particuliers lors de la demande en mariage. La cérémonie se déroulait entre les deux familles et consistait en accords de principe sur la dot et toutes transactions en vue de fournir au futur couple un patrimoine. Il ne faut pas oublier que les nordiques étaient avant tout de grands commerçants et toutes affaires impliquant des transactions pécuniaires étaient à prendre très au sérieux.

Les fiançailles ne servaient qu’à confirmer et à conclure officiellement la demande en mariage, aucun autre garçon ne pouvait alors prétendre épouser la jeune fille. Un repas était organisé et le fiancé offrait à sa future épouse une clé ou représentation une clé afin de symboliser aux yeux de tous qu’il désirait la faire gardienne de son foyer et du garde manger de sa maison.

Le mariage

Les mariages s’organisaient à l’automne, l’époque de l’année la plus abondante en nourriture, où l’on sacrifiait le bétail.
La journée s’articulait autour du rituel religieux du mariage* en présence des deux familles et des amis, c’était l’occasion de revoir et de renouer avec la famille lointaine. Un banquet était ensuite organisé, à la fin de la journée, la mariée quittait la maison familiale et partait vivre dans la maison familiale de son mari.

Les funérailles

On exposait le mort dans sa maison afin que chacun puisse venir évoquer les moments clés de sa vie près de lui. On lui offrait également des cadeaux, objets symboliques qui allaient accompagner le mort dans son voyage. On lui fournissait également des provisions (sinon il risquait de revenir se servir chez les vivants).
Les femmes étaient enterrées avec leurs bijoux et une clé afin qu’elles gardent le cellier de leur demeure dans l’autre monde.
Les hommes étaient enterrés avec une arme, un peu d’argent pour la boisson du voyage.
Les enfants étaient enterrés avec un jouet (poupée).

Selon la richesse et la classe sociale du mort, trois rites funéraires se pratiquaient :

  • L’inhumation, pour les gens du peuple : on creusait un trou peu profond que l’on recouvrait d’un cairn de pierre, la tête à l’est,
  • L’incinération : on faisait brûler le corps et l’on récupérait ensuite les restes que l’on enterrait ou que l’on plaçait dans un pot ou un coffre que l’on gardait dans un trou ou une grotte,
  • L’immersion, pour les plus riches (rite tardif) : on sacrifiait un bateau en le sabordant en mer ou dans un cours d’eau.

Pendant la cérémonie funéraire, on buvait un toast en la mémoire du mort pour lui souhaiter un bon voyage et : « A l’hiver prochain ! » (l’hiver étant la saison du retour des morts parmi les vivants). Diverses libations étaient également faites aux Dieux*.
En dehors de la période du Vertnætr, on ne se recueillait jamais sur la tombe des morts, c’était un appel aux morts afin qu’ils reviennent parmi les vivants et donc un acte apparenté à la nécromancie.
S’il n’y avait pas de corps (sauf cas de mort par noyade), on prenait un poteau que l’on sculptait en forme d’homme symbolisant ainsi le mort (on pouvait l’habiller) et on faisait la cérémonie avec le poteau.
Les noyés étaient maudits puisque c’est la pire mort qui soit avec la mort par poignardement dans le dos, ils n’avaient donc pas de funérailles.

Les rites communautaires étaient donc rares mais étaient souvent l’occasion de fêtes. Vous pouvez remarquer que certains rites sont plus complets que d’autres, selon l’importance accordée à ceux-ci. Ils étaient tous accompagnés de rituels religieux (sauf demande en mariage et fiançailles qui étaient uniquement du domaine matériel).

* Les rituels religieux ne sont pas donnés pour les rites communautaires, seuls les prêtres initiés ont connaissance de ce savoir enseigné oralement de maître à élève et pratiquent ces rituels.

viking2

Fête viking

Publicités
Catégories : La foi nordique au quotidien, Les fêtes | Étiquettes : , , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Les rites communautaires anciens: de l’âge adulte à la mort (2)

  1. Quelle bonne idée !
    C’est précis, merci pour ce partage de connaissances.
    J’aime beaucoup

    Aimé par 1 personne

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :