Vers courts pour longs temps (27)

Que le soir parait long
Quand le soleil semble éteint,
Il n’est point de ténèbres dans l’âme
Plus sombre que le crépuscule vieillissant.

Sombre Dame attend
Sereine et confiante dans l’entrebâillement
De la porte pourrissante
Que le dernier rayon périsse.

Tarde-t-il à disparaître
Ce dernier feu languissant !
Il appelle encore les retardataires
A l’ultime voyage.

Que la nuit parait longue
Quand le reflet semble éteint,
Il n’est point de ténèbres dans l’âme
Plus sombre que l’aurore grisonnante.

Pénible séparation adviendra
A l’extinction de la pleureuse flamme,
Mourront les bancales pieux
Lorsque la lune disparaîtra.

Jours et nuits ne sauront
S’ils sont frères ou ennemis,
Si semblables, si différents
Ne se reconnaîtront plus dans leurs lits.

Que le temps parait long
Quand les astres sont éteints,
Il n’est point de lumière dans l’âme
Plus claire que l’enfant issant.

*****

S’égarer dans le lit du glacier asséché
Devant la paume du Troll amusé,
S’affaisser sur la rocaille grisée
Au pied de l’arbre désolé,
S’écorcher les membres tendres
Sur la sèche pierraille ,
Être élevé jusqu’à hauteur d’œil rocheux
Dans la pogne calleuse,
Se refléter dans les noires cavernes :
Peur est étrangère aux âmes simples.
Qui a vécu cela dans ses astrales errances ?
Rencontre de la vieille montagne mouvante,
De la jeune engeance turbulente
Émerveillés de se contempler clairement.
Ton Ciel s’étale transparent,
Mon Toit se couvre de nuages,
Ton Domaine s’étend,
Mon Monde se restreint,
Ton Âge s’étire,
Mon Temps se compte,
Ton Nom se retient,
S’oublie le mien.

Peux tu encore me conter l’histoire de ma Terre,
Ta Naissance dans tes sommets étoilés,
Tes Pas premiers sur tes éboulements suscités ?
Que me manquent longuement
De ma blanche Banquise les saisissants craquements,
De ma grise Mer les furieuses tempêtes,
De ma pale Lune les tremblotants reflets.
Dans les vertes Plaines nos interminables courses,
Sur les Monts pentus nos glissades effrayantes,
Dans les fjords paisibles nos explorations inoubliables
Me rappellent à mon natal pays,
Ma mémoire n’a point faibli.
Oh ! Ami Troll porte moi plus haut
Au creux de ton large vallon.
Montre moi l’infatigable soleil
Descendre, monter sous les écumes des vents,
Se perdre, se retrouver dans le giron des cimes,
Frapper, caresser d’un rayon les vagues hardies.
Brandis moi au-dessus de ta sylvestre crinière
Jusqu’au royaume céleste de ma divine parenté.
Ma place n’est plus parmi eux hélas,
Reviendrai-je un jour les aimer?

*****

Mon pays est fait de roches dures et de vives eaux,
De calmes tumultes et de trépidantes quiétudes,
S’y enfuit le frileux Soleil au devant de la brûlante Lune,
Le gel y reste son plus fidèle ami,
Mais il est doux comme une plume
De corbeau, il va sans dire !

Les vivants y chantent leurs souvenirs d’antan,
Ses morts y dansent dans le ciel étoilé,
Sous ses fleurs sauvages se fondent ses maisons herbues,
De leurs légendes mythiques les menacent les trolls parents,
Ses dieux survivants renaissent d’un long rêve
Où un loup enragé le dévora avec colère.

Les sagas anciennes y narrent ses héros grandioses,
Ses intrépides conquérants reviennent le saluer,
Il y fait bon naître et périr
Sous les frênes ou sous les armes,
Au bord de la grande mer de l’Ouest ou du modeste fjord,
Jamais loin mon cœur ne s’en éloigne.

Publicités
Catégories : Vers courts pour longs temps | Étiquettes : , , | 5 Commentaires

Navigation des articles

5 réflexions sur “Vers courts pour longs temps (27)

  1. Que ces vers sont beaux ! J’aime tout particulièrement le dernier poème

    Aimé par 1 personne

    • En lisant votre commentaire, il m’est revenu en tête la chanson de Gilles Vignault, « Mon pays » puis ensuite dans une autre mesure Brel  » Le plat pays », peut être inconsciemment m’en suis-je inspirée?

      Aimé par 1 personne

  2. Très beaux vers, ils transportent vraiment ailleurs. Merci pour cette jolie musique de mots. 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ces poèmes !

    Aimé par 1 personne

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :