Comment PokemonGo peut mener à diverses réflexions, sur la famille et l’écocitoyenneté…

Comme la majorité des parents d’adolescents, vous avez sûrement entendu parlé de PokemonGo et, pour la plupart d’entre vous, votre quotidien a dû laisser une petite place à ces petites bêtes, dans votre ville, votre quartier, votre rue, votre jardin voire même dans votre salon (je ne dirai pas jusque dans votre chambre à coucher) !

Moi même initiée par ma fille de 13 ans (qui ne voulait pas arpenter seule les rues de notre ville), j’ai pris goût à ce petit jeu que je trouve un peu simple mais qui ma foi permet de faire sortir parents et enfants ensemble (ce qui fut notre cas, vous comprendrez plus loin pourquoi j’en parle au passé).

J’ai lu énormément de critiques au sujet de ce jeu que la plupart des adultes trouvent stupides et inutiles, ce à quoi je répondrai que ce n’est pas plus stupide et inutile que de s’avachir toute une soirée dans son canapé afin de regarder des séries du genre médiéval scandinave (dont je ne nommerais pas le nom mais vous avez deviné de laquelle je veux parler) ou devant des compétitions sportives dont on nous a rebattu les oreilles tout l’été, ou pas plus désespérant que de jouer à des jeux (où l’on doit aligner des bonbons ou gérer une ferme devant son ordinateur, jeux bien plus intelligents, n’est ce pas?) tout en fustigeant notre jeunesse sur les réseaux sociaux. Nous passons beaucoup de temps en activités futiles et improductives nous mêmes.
Nous jugeons toujours durement les activités des adolescents sans juger les nôtres et en oubliant qu’un jour aussi nous avons eu leur âge ! Je n’ai pas honte de dire que PokemonGo m’a permis de passer du temps avec les enfants (qui sont en général à cet âge enfermé dans leur chambre) et de partager. Il n’y a pas les adultes d’un côté et les adolescents de l’autre avec une barrière au milieu. Il y a une famille avec ses interactions où chacun entre en relation plus ou moins profondément avec l’autre. Quand nous nous intéressons aux activités de nos enfants, ils s’intéressent aux nôtres, nous diminuons ainsi le fossé entre les deux générations et portons intérêts ainsi à leur vie. Nous cherchons souvent à les orienter vers des activités qui nous plaisent à nous (parce que nous les pratiquons) sans partager un peu des leurs (toujours aux autres de s’adapter à nos idées), les bonnes relations se situent au centre des compromis !

Après quelques semaines de déambulations, ma fille a d’elle-même diminué ses promenades mais j’y avais pris plaisir et cela me manquait (toute seule c’était moins amusant). Mon compagnon s’y est mis ensuite, nous gardions quand même en tête que mis à part l’exercice (quelques kilomètres par jour et pour ma part quelques kilos perdus), le temps passé n’était pas entièrement rentabilisé.

J’avais remarqué que notre parc non loin de chez nous était envahi de déchets ainsi que les trottoirs de ma rue, je nettoyais juste devant chez moi de temps à autre ! Alors petit à petit, nous nous sommes munis de sacs poubelles et au cours de nos chasses pokemonesque (je ne sais pas si c’est le terme usité), nous en avons profité pour enlever les détritus sur notre parcours. Une chasse unique passant de stupide et inutile évoluant en double chasse citoyenne et écologique, qui dit mieux ? Notre petite (4 ans et demi) qui venait avec nous a participé au ramassage qui au début permettait de remplir plusieurs sacs de 20 litres. Nous avons croisé beaucoup de regards surpris, interrogateurs mais jamais négatifs. Une dame nous a dit :«Je passais pour une folle quand je le faisais maintenant je me sentirais moins seule ».

Alors voilà avec un peu de réflexion sur son entourage, son environnement et sur soi, on peut évoluer et éviter de végéter sur ses opinions et s’adapter. Nous nous sommes sentis fiers de participer ainsi, de manière détournée, à l’entretien de notre environnement, nous constatons moins de détritus dans notre quartier, nous avons aussi rencontré des jeunes et moins jeunes qui jouaient à PokemonGo avec qui nous n’aurions jamais échangé ne serait ce qu’un mot.
Il n’y a que sur les réseaux sociaux que j’ai rencontré des commentaires déplaisants et négatifs, des préjugés infondés et un refus catégorique de comprendre. Mais que les détracteurs se rassurent, PokemonGo retourne petit à petit dans l’ombre, ils pourront donc bientôt retourner à leurs petites habitudes routinières et s’en prendre au gouvernement, à la crise et aux jeunes qui décidément sont des moutons. Ah ! Heureusement que dans leur jeunesse, eux, ils étaient dynamiques et volontaires pour faire la révolution, pas comme les jeunes de maintenant ! Allez comprendre comment on en est arrivé là aujourd’hui… Allez les jeunes, passez devant, on vous suit…

Publicités
Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Comment PokemonGo peut mener à diverses réflexions, sur la famille et l’écocitoyenneté…

  1. Une très bonne initiative, à diffuser.

    Aimé par 1 personne

  2. Superbe initiative ! Et très bel article dont je partage fortement les convictions.

    Aimé par 1 personne

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :