Vers courts pour longs temps (28)

Mes pieds meurtris sur le granit pointu,
Usées les chausses laissées au bon usage de Vidar,
De baies en baies se blessent à porter les divertissants messages.

Pluie, vent, grêle sur les divines nouvelles,
Attentives pensées au passage du devin colporteur,
De vers en vers se répandent inlassablement.

Dieux, familles, destins dans les cœurs braves,
Insatiables festins devant les présages fleuris,
De runes en runes tombent devant les lodts apprivoisées.

Mes larmes séchées sur l’épine plantée,
Désarmée la mûre sauvage devant les démons terrestres,
De cris en cris psalmodient les malédictions extirpées.

Légendes, mythes, contes contre les roches consciencieuses,
Fascinés les enfants bagarreurs par les notes dansantes,
D’échos en échos voltigent sur les armes éclatantes.

Défunts, spectres, fantômes dans les airs gelés,
Effrayés les mortels blasphémateurs par les voiles naufragées,
De ports en ports flottent au gré de la marée démontée.

Ma besace renouée sur les mystères capturés,
Bouclées les mirifiques visions du pays magiques,
De fjords en fjords colporte les poèmes éphémères.

*****

Poème qui court et qui meurt

La page frémit,
Sèche l’encre,
Le vent gonfle la voile hors des vagues…
La pierre résiste,
Résonne le ciseau,
Le feu dévore le bois là-bas dans le fjord….
La pensée s’envole,
Reste le corps,
Les corbeaux portent au loin la gouttelette…
La balade reprend,
Continue la ballade,
La vie court jusqu’à l’embarquement…

Le page gémit,
Jette l’ancre,
Le levant jongle avec le voile sous la dague…
La guerre persiste,
Raisonne le damoiseau,
La lame honore l’homme aux abois par la mort…
Panser la parole,
Peste encore,
Les corneilles rapportent au près l’amulette…
La mer s’efface,
S’avance la mère,
Le cri meurt jusqu’à l’évanouissement…

*****

Du murmure au chant,
De la marche à la danse,
De la fuite à l’effleurement,
De l’abandon à l’adoption,
De la liberté à la possession,
De la maturation à la naissance,
De la mort à la vie,
De la vie à la mort,
M’apprivoisent les devins rameaux
Écoutez moi
Regardez moi
Approchez moi,
Reconnaissez moi,
Liez moi,
Croissez en moi,
Accompagnez moi,
Vivez en moi,
Transpercez moi, messagères des destins
De votre conscience indomptable,
Vous et moi,
Vous en moi,
Moi en vous,
Uniques et diverses
Sur les mêmes fils marchons.

Publicités
Catégories : Poèmes, Vers courts pour longs temps | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :