Travail personnel sur la rune Ingwaz

Le repos signifie volontiers la pause dans la vie, dans la mort, dans sa propre évolution. Dans chaque cycle vous retrouverez ce temps de latence qu’est la rune Ingwaz. Elle est l’hiver, le repli sur soi des âmes, le temps qui est pris pour réfléchir, pour acquitter ses peines avant d’entamer la prochaine évolution. Elle prend la forme du ventre de la mère, les entrailles de la terre, c’est Hel dans ses cavernes…

Pâle voyageur décline le solitaire vol,
Froide lande prépare la soyeuse couche,
Au ventre vide replie les ailes blessées
Dans le sein meurtri de la mère inféconde la souffrance s’apaise.
Temps galopant ralentit dans les espaces confinés
Jusqu’à le toucher du bout des doigts.
Mère noire sourit aux âmes dévastées
Par les étés sanglants et déchaînés,
De la larve méprisable en le cocon souterrain,
Travaille bellement à la métamorphose éclatante
Hors du monde ensoleillé où soufflent les vents torrides,
Renouveau espéré germe dans les secrets oubliés
Veillé par la troublante maternité de la non-vie omniprésente.

Pâle voyageur revient en le sanctuaire sacré
Au plus profond de l’être souillé,
Ermite fouetté par les affres incessantes des vivants tourmenteurs,
Renoue les fils élimés de l’existence condamnée.
Torrent tonitruant s’épuise dans le tranquille lac
Jusqu’à se perdre dans la source naissante.
Mère noire accorde le repos réparateur
Aux âpres mutilés par le déferlement inhumain,
Héberge Ingwaz la rénovatrice en son cœur éternel.
Couveuse originelle de la primitive fécondation
Endort les craintes ancestrales des morts atroces,
Ouvre la pensée perdue vers le recouvrement perpétuel
De soi, de l’avant effacé, de l’après dissimulé.

Pâle voyageur pause l’esprit hagard
Dans le terrestre berceau de la naissance première,
Retrouve le cloître béni de la grande aventure,
Infime grain de poussière parmi la fratrie des vies.
Sauvage hiver dévaste l’ardeur des astres
Pendant les jours mourants, féconds dans les entrailles tièdes.
Se ferme l’œil aveuglé vers la nourrice mal-aimée,
Pousse l’arbre divin, grandit l’humain incomplet
Beauté incomparable, force indispensable s’acquièrent dans les pénombres        maternelles
Dans l’abri chaud s’épanouit les cruciales attentes
Jeune plant croit secrètement avant la formidable percée,
Sous la couverture brune mûrissent les meilleurs fruits,
Hel règne sur les mystères immémorés…

ingwaz

Ingwaz

Enregistrer

Publicités
Catégories : Développement personnel, L'appel des runes | Étiquettes : , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Travail personnel sur la rune Ingwaz

  1. Très beau travail !
    Je l’aime bien celle là

    Aimé par 1 personne

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :