Le corbeau, messager de l’au-delà

Le corbeau, oiseau de mauvaise augure, dit-on, est universellement reconnu pour son lien particulier avec la mort. Au delà de son aspect inquiétant, on oublie qu’il s’agit d’un oiseau très intelligent, sensible et porteur d’une symbolique ancestrale.

Ce passereau d’une très grande intelligence (celle d’un enfant de 2 à 5 ans) est capable d’utiliser des outils (branches…). Il sait également imiter la voix humaine mais aussi les cris d’animaux (il peut attirer de cette manière un renard sur une carcasse pour que celui-ci l’ouvre et permette au corbeau de se régaler avec les morceaux plus tendres à l’intérieur). On le sait capable de communiquer avec ses congénères par des signaux non-verbaux (pointer du bec pour montrer quelque chose). On a pu observer des corbeaux jouer avec des pommes de pins ou autres bouts de bois ou glisser sur les toits enneigés ce qui est un comportement extrêmement rare chez un animal.
Le comportement social du corbeau le pousse à vivre en couple (pour la vie), le petit vit avec ses parents jusqu’à l ‘adolescence où il les quitte pour aller vivre avec le groupe des adolescents avant de trouver son âme sœur. Il éprouve une grande empathie envers les siens (il sait consoler un camarade vaincu après une défaite) et fait des blagues.

ravn

Charognards avant tout, il se nourrit de corps morts, aux temps nomades, il avait donc une utilité et un symbolisme très grands. En faisant disparaître les corps du monde réel, il facilitait le passage de l’esprit dans l’au-delà. Il garda ensuite un rôle de messager entre les morts et les vivants.
Dans la tradition nordisante scandinave, il tient une place importante comme compagnon du dieu Odin qui en possède deux, perchés sur ses épaules. Munin et Hugin, l’un est l’esprit, l’autre la mémoire, tous deux rapides, insaisissables, impalpables et représentatifs d’un univers intérieur plutôt ténébreux, ils parcourent les mondes afin de rapporter au dieu des mystères ce qu’ils ont pu observer ainsi on appelle souvent Odin, le père aux corbeaux.

Ainsi Odin parle-t-il de ses corbeaux dans le Grímnismál , strophe 20 :

« Huginn et Muninn
Volent chaque jour
Au-dessus du sol immense ;
Je m’inquiète que Huginn
Ne revienne pas,
Pourtant c’est pour Muninn que je suis le plus anxieux. »

odin_hrafnar

Huginn et Muninn font partie à part entière de Odin, au sens le plus archaïque, ils sont Odin lui-même dans sa forme la plus ancienne, celui du dieu corbeau, passeur d’âmes de vie à trépas.

Enregistrer

Enregistrer

Publicités
Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :