Recueil et écueils…

Un peu moins présente en ce moment sur le net, je vous donne quelques nouvelles. Je me concentre actuellement sur l’écriture de mon recueil de poésie commencé depuis maintenant deux ans et demi. J’avoue qu’au début, je n’avais pas envisagé d’entamer un tel projet, la grande aventure était de composer des poèmes satisfaisants (enfin pour moi).

J’ai commencé à écrire un peu par hasard, il me le semble tout du moins ! Jamais je n’avais écrit de poésie et voilà qu’une après-midi, à peine le temps de dire ouf, j’avais fini mes premiers vers (ne vous méprenez pas sur les vers ou verres, quoique l’écriture soit une forme d’addiction, si, si) ! Assez fière de moi à la première seconde (autant l’être dans cette première seconde puisque l’on ne sait jamais si l’exploit d’un deuxième poème se présentera), je le montre à mon compagnon : « Il est très bon, mais seras-tu capable d’en faire un autre ? » Voilà ma fierté un peu gâchée par son incrédulité, j’avais bien fait de profiter de cette première seconde tout de même ! (A noter que ma fierté portait sur ma capacité à écrire un poème à peu près cohérent et pas sur sa qualité).
Deuxième jour, l’inspiration me prend, second poème, sur Ullr que je ne connais absolument pas ! Le premier mois s’écoule dans une frénésie d’inspiration et de création. Je me réveille même la nuit avec des vers en tête que je vais noter sur un papier dans les toilettes pour ne pas réveiller toute la maisonnée. J’ai d’ailleurs placé un crayon et un bloc note à cet endroit propice à l’inspiration ! J’ai l’impression d’avoir ouvert un robinet que je n’arrive plus à fermer. Au cours de l’hiver, je me remets au pastel que j’avais délaissé depuis vingt ans, afin d’illustrer certains textes. Involontairement les thèmes principaux de mes créations tournent autour de la foi scandinave et de l’ésotérisme, les poèmes à l’eau de rose me font devenir chèvre.
Après un certain nombre de feuilles noircies, mon compagnon émet l’idée de réunir mes poèmes en un recueil. Même si je prends du plaisir à composer, j’ai du mal à les partager avec mon entourage. Je les publie sur mon blog et ma page, pas pour attirer des commentaires de complaisance mais pour partager ce plaisir. Mais de là à éditer un recueil, ça me parait un grand écart !
Petit à petit l’idée fait quand même son chemin. Je fais de l’espionnage commercial dans les librairies. Je comprends bien mieux pourquoi la poésie barbe tant les gens : les recueils sont d’une tristesse et d’un ennui à mourir, en gros c’est chiant! « Ben oui, la poésie c’est sérieux ! » Non la poésie c’est la beauté de la vie et de l’âme. Je me dis que je peux quand même tenter ma chance. Je sais ce que je veux ! Je veux de la couleur, des dessins, de la mise en page !
Dans quoi ai-je encore mis les pieds ? Je ne suis pas rendue compte de l’étendue de la tâche ! Choisir les poèmes, leur mise en page et les quelques décorations de pages m’ont déjà pris un temps fou ! Des choix imprévus se sont imposés : faut-il modifier la ponctuation pour que les poèmes soient bien mieux compréhensibles ? Faut-il les expliquer brièvement afin qu’ils soient plus abordables ? Pourquoi ne pas faire ainsi un recueil initiatique ?
Voilà ce qui est ressorti de cette réflexion sur un projet somme toute assez simple au premier abord mais qui s’est transformé en un livre plus complexe. Mon recueil comprendra vingt-sept poèmes (3 × 3 × 3), on ne rigole pas avec la symbolique scandinave ! Ils seront illustrés par mes petites mains, elles ne seront pas parfaites mais du moins seront comme je les souhaite ! L’ouvrage complet sera composé des poèmes et des explications complémentaires sur ceux-ci. C’est fou le plaisir que je me découvre à faire toutes ces choses pourtant rébarbatives ! Je me prends l’envie d’écrire des contes, des nouvelles, manque plus que le temps…

Il me reste à dessiner les illustrations, finir les commentaires, donc quelques mois de plus me seront nécessaires pour achever l’intégralité du livre. C’est un travail de longue haleine, passionnant, qui repousse un peu mes propres limites, une sorte de prolongation d’un parcours initiatique. J’ai eu hier mes premières craintes sur les futures critiques à essuyer, la qualité de mon travail et le but de cette écriture. En fait, je m’en fous un peu, peut-on critiquer ce qui est créé pour donner du plaisir, le mien en premier lieu (soyons égoïste) ? Je ne fais pas ça pour l’argent ni la gloire (bon j’avoue ça m’embêterait d’y avoir mis temps d’énergie et de temps pour rien alors que j’ai d’autres travaux en suspens), ni pour répandre « la lumière » sur les pauvres ignares. Je le fais pour moi pour achever et commencer, cela va de pair, un cycle, le mien simplement.

Pour relire mes poèmes, ceux qui seront édités et les autres aussi.

Publicités
Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Recueil et écueils…

  1. J’ai hâte de voir ton travail fini.
    Tu te donne beaucoup de mal, et tu mérites de réussir !

    Aimé par 1 personne

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :