Le gui, plante sacrée

Il sera bientôt revenu le temps du gui ! Cette plante fascinante et intrigante à haute valeur symbolique a depuis les âges ancestraux été vénérée. Son développement morphologique et biologique très particulier a contribué à la rendre hors norme, entre le magique et le sacré.

Déposées sur les arbres par les oiseaux (grives, sittelles, mésanges, fauvettes…), la graine collante du gui (d’où son nom latin : viscum album, glu blanche) germe au printemps. Contrairement à d’autre plante, la plantule du gui pousse en sens inverse de la lumière et développe un cône de fixation.
Le gui n’a pas de racines terrestres, il vit exclusivement en hauteur sur son arbre hôte, il est dit parasite puisqu’il croit en ponctionnant dans la sève de l’arbre l’eau et les sels minéraux indispensables, mais il continue à assurer sa propre photosynthèse. C’est à l’aide de son cône de fixation, devenu suçoir qui s’infiltre sous l’écorce de l’arbre jusqu’au bois vivant, que le gui va ponctionner son hôte grâce à un système de pompage et d’ancrage très dense.
Au printemps suivant seulement, les premières feuilles apparaissent, au deuxièment printemps, des tiges poussent à l’aisselle des deux feuilles tombées et supportent elles aussi deux feuilles et ainsi de suite jusqu’à la quatrième ou cinquième année où des fleurs se forment. Ces feuilles tombent une à une, c’est pourquoi on le voit toujours vert.
Les fleurs poussent en mars/avril par groupe de trois au niveau des nœuds entre les feuilles.
Les baies naissent sur les fleurs fécondées, vertes en été, elles deviennent blanches et translucides en hiver. La couleur blanche des baies de gui est unique. Ces baies sont soit mangées par les gros oiseaux dont le tube digestif digère la pulpe pour n’évacuer que les graines soit par dépulpage par les plus petits oiseaux qui ne peuvent pas avaler les baies en entier et qui consiste à retirer les graines de baie pour les coller sur une branche pendant que la chair des baies est consommée en petits morceaux.

Cette explication un peu longue sur la formation du gui permet de comprendre toute la symbolique mystique de la plante dans la tradition nordique. L’unique mythe où il tient le rôle central, mais quel mythe, est celui de la mort de Balder. On explique facilement le choix du gui dans cet événement qu’est la disparition du Dieu (je ne dis pas mort volontairement) : il incarne la lumière dans la nuit de l’hiver, le seul qui se nourrisse de l’obscurité pour donner ses plus belles baies au solstice d’hiver. Aucune saison n’a d’emprise sur lui, il est toujours bien beau et vert, jamais il ne meurt. Il s’accroche au plus profond de l’arbre pour en tirer la substance nutritive, comme la lumière se nourrit de l’être pour en extraire le meilleur, n’est-ce pas là le rôle de Balder lui-même, mettre en avant le plus beau en nous, ce que l’on cache dans notre écorce pour le faire réapparaitre à la surface ?
Car effectivement Balder est le gui… ce qui donne une autre dimension au mythe et à son interprétation habituellement assez peu subtile.

Les druides l’appelaient « la plante qui guérit tout », son rayon d’action est en effet très large en interne comme en externe, mais elle est à manipuler avec précaution toutefois, car elle est extrêmement toxique.

gui

Publicités
Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Le gui, plante sacrée

  1. Françoise

    D’après une amie qui est magnétiseuse, il développe aussi le magnétisme personnel, il faut plonger les mains dedans!

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: YULE OU NOEL … | L'actualité de Lunesoleil

petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :