Archives d’Auteur: Niele

À propos de Niele

Nordisante, poétesse, pastelliste, blogueuse...

Bénédiction « contre nature »!

La bénédiction consiste à attirer la bienveillance d’un dieu ou d’une déesse sur une personne, un objet ou un lieu. En soi, c’est un acte simple qui à priori ne me pose en général aucun problème dans sa réalisation : il suffit d’avoir une idée précise de toutes les forces mises en présence, de les relier les unes aux autres par les mécanismes adéquats afin d’établir un lien stable et équilibré.

Si en théorie, tout cela parait simple, il arrive quelquefois qu’en pratique des facteurs extérieurs viennent remettre en question et compliquer le mécanisme de cet acte.
Pour en venir à plus de concret et pour vous éclairer sur ce qui doit vous paraitre bien abstrait, je vais vous raconter ma dernière intervention.
Il y a quelques semaines, je suis intervenue sur le terrain chez un agriculteur : les semences d’un de ses champs refusaient de pousser sur une grande partie de celui-ci. On me demandait de bénir ce champ afin de donner un coup de pouce (sans jeu de mot!) Sur place, je constatais évidement qu’une partie n’avait pas poussé du tout. Ordinairement, pour ce genre de cas, on place le terrain sous la bénédiction de Frigg, ce qui semble le plus logique.
Seulement là, le cas était un peu plus complexe : je me suis mise en position afin de ressentir cette terre qui a du mal à laisser naitre ses fruits et je ne ressentais plus de vie dans les trente premiers centimètres ! Pas le moindre ver de terre, champignon ou autre forme de vie. La terre était sèche, grisâtre et dure. L’agriculteur m’a expliqué qu’entre récoltes et semailles, le sol est passé au Round Up (même si les cultures ne lèvent pas, il faut désherber avant tout réensemencement), que c’est la procédure habituelle. J’avoue qu’à ce moment-là, j’étais vraiment désemparée ! Je comprends pourquoi l’engrais devient nécessaire à la croissance puisque la terre est complètement stérile, tout nutriment est éradiqué dans la foulée.
Je sentais que Frigg ne devait pas intervenir sur ce qui me semblait contre nature pour elle, à l’opposé de ses valeurs. Et il me fallait quelqu’un de plus costaud qui possédait la force brute apte à faire pousser ces grains, à les arracher aux forceps s’il le fallait. J’ai donc fait appel à Thor (habituellement il n’intervient qu’une fois les plantes déjà sortie de terre), mais aussi à Frey pour donner la vigueur nécessaire aux grains et aux futurs plants. Il me fallait une énergie vraiment masculine, batailleuse, combattante pour contrebalancer les effets dévastateurs du désherbant. L’établissement des liens s’est fait dans la douleur. Un dieu a besoin du vivant pour se lier et établir les connexions nécessaires, hors là il a fallu lutter afin de trouver l’énergie de vie.
À ce moment, j’ai compris pourquoi les dieux locaux, les élémentaires ou le petit peuple ont déserté. Comment s’ancrer et vivre dans un monde où l’on tue le vivant, où l’on enlève toute nourriture énergétique aux entités ? Les produits synthétiques agissent non seulement sur le monde matériel mais par ricochets sur l’immatériel ! Privé de force, les esprits ne peuvent plus agir sur la nature, l’Homme se détourne alors d’eux et renforcent sa croyance dans la science. La terre devient en alternance stérile et féconde sous contrôle des produits synthétiques.

Je n’étais pas convaincue ni satisfaite du résultat de mon travail, et pourtant contre toute attente, quelques jours plus tard l’agriculteur a confirmé que le sorgo sortait bien de terre. J’ai fait une prière de remerciement à Thor et à Freyr par la suite, car ce n’était à mes yeux pas une bénédiction anodine puisque la vie était sortie d’une terre morte !

champ beauce

Champ de Beauce

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | Un commentaire

Le sacrifice (Blót)

Le Blót, voici un mot mystérieux, doté d’un grand pouvoir magique, il magnifie d’un coup, d’un seul toutes les réunions religieuses nordisantes les plus basiques. Il transforme les événements les plus profanes en des célébrations sacrées dignes des grands initiés. Mis à toutes les sauces, on l’utilise à tort et à travers dès qu’une fête pointe le bout de son nez. STOP au massacre, si je puis dire ! Il est temps de faire le point sur la pratique du blót !

Étymologiquement, le blót vient du verbe l’islandais blóta, il signifie sacrifice, offrande, culte (avec sacrifice d’animaux.) Faut-il que je précise que le mot sacrifice implique la notion d’offrande de sang d’un animal ou de vie humaine, qui peut s’étendre dans une pratique plus moderne à un don d’objet dont l’importance est vitale ou d’une valeur inestimable à nos yeux ?
En fait le blót pratiqué dans les temps anciens comprend plusieurs actes distincts et variables selon les lieux de pratique : le sacrifice (par un prêtre sacrificateur), la consultation des augures (permettant de révéler le bon déroulement du Destin en rapport avec l’objet du sacrifice), un repas cérémoniel avec libations aux Dieux, aux Ancêtres ou aux Vivants, consommation de l’animal sacrifié ainsi que divers actes de magie (serments…). Il s’agit réellement d’un pacte conclu entre des Hommes et les Dieux, un rituel complexe. Il faut comprendre la forte valeur de cet acte qui n’est pas anodin et ne pas déprécier son caractère sacré et exceptionnel.
Ainsi il était pratiqué à des moments importants de la vie de la communauté comme aux solstices et aux équinoxes et surtout lié à la fertilité/fécondité et au Destin. On essayait ainsi de se mettre à l’abri de la famine, de la mort en demandant d’être préservé de ces fléaux ou tout du moins de connaître l’évolution de ces événements s’ils se présentaient… L’objet du sacrifice devait donc être d’une valeur égale à la demande aux Dieux. Imaginez donc l’importance de l’acte !

Les mœurs et pratiques ont évolué avec le temps, il n’en reste pas moins qu’il ne faut pas déprécier la valeur symbolique, magique et spirituelle de cet acte, le banaliser. Il n’est pas une offrande d’un objet de peu de valeur personnelle ou une simple libation, il est la communion entre les deux mondes. Le blót est toujours un don précieux, inestimable que l’on fait aux Dieux et c’est pour cela qu’il est rare, voire véritablement inexistant de nos jours, car il nécessite un investissement personnel très important, un dépouillement de ce que l’on a de plus cher qui peut mener à notre perte. Voilà ce qui est dit dans les Dits du Très Haut et qui illustre bien cela.

« Mieux vaut ne pas demander
Que trop sacrifier.
Qu’il y ait toujours récompense pour don.
Mieux vaut ne pas offrir
Que trop immoler.
Voilà ce que Odin grava
Avant les origines de l’humanité;
Là, il ressuscita
Quand il revint. »

Il est bon de faire les distinctions qui s’imposent entre libation, offrande et blót. Hors souvent ce que l’on nous présente comme un blót n’est en fait qu’une offrande. On exagère régulièrement l’investissement dans les actes religieux pour augmenter l’importance de la cérémonie. Cela peut contenter les profanes qui n’y voit que du feu, mais en magie la quantité d’énergie mise en jeu n’est pas du tout la même lors de ces divers rituels et les résultats en bout de course sont loin de ce que l’on espérait.

midwinters-sacrifice_carl-larsson_1000x

Sacrifice au Temple d’Uppsala de Carl Larsson

Catégories : Grimoire, La foi nordique au quotidien, Les rituels | Étiquettes : , , | 3 Commentaires

Idée de Repas: Libation à Ullr

Pour honorer Ullr (solstice d’hiver), on mange surtout de la viande (dieu de la chasse oblige), le gibier est bienvenu, on mangera surtout du gros gibier : viande de renne, de sanglier… des viandes ayant un goût fort et ayant un lien direct avec la nature (le chevreuil a un goût trop peu marqué).

Lire la suite

Catégories : La foi nordique au quotidien, Les fêtes | Étiquettes : , , | Un commentaire

Yule et ses douceurs scandinaves: les Krumkakers

À l’approche de Yule et dans la froide saison, on se retrouve tous volontiers au coin du feu, avec quelques boissons chaudes ou gâteaux à portée de main. À la cuisine on se rassemble donc pour confectionner quelques pâtisseries. En Norvège, le temps est à la préparation de Krumkaker, ce sont des gaufres rondes roulées que l’on fourre ensuite soi-même avec de la crème chantilly, de la confiture ou simplement de fruits.

Lire la suite

Catégories : Quelques recettes d'inspiration nordique | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Julebukk, les Origines

Le Julebukk (bouc ou chèvre de Yule) est une tradition qui remonte aux temps païens anciens. Mis en forme après les dernières moissons de l’automne, ils sont fabriqués avec des épis de blé de la récolte de l’année.
Sa forme de bouc fait référence aux deux boucs qui tirent le char de Thor, Tanngrisnir (celui qui montre ses dents, c’est-à-dire qui grogne) et Tanngnjóstr (celui qui fait grincer ses dents). Thor, dieu du tonnerre, sévit grandement à la période de fauchaison, il est le feu céleste, celui dont le char va disparaitre sous l’horizon dans l’hiver et remonter après le solstice. Les deux boucs symbolisent le renouveau après chaque retour du soleil, en effet ils reviennent à la vie sous la bénédiction de Thor chaque fois que le dieu a besoin de se nourrir de leur chair.
Le blé est quant à lui symbole de fertilité, il prolifère à la belle saison et permet de nourrir les hommes, sa couleur rappelle également celle du soleil.

Lire la suite

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Luce et le retour de la lumière…

La sainte Luce (ou Lucie) si chère à nos amis scandinaves (particulièrement en Suède) se fête le 13 décembre.

Luce prend racine, étymologiquement parlant, dans la lumière (lux en latin). Elle symbolise en elle-même le retour du soleil. D’ailleurs avant 1582, année de mise en place du calendrier grégorien qui la fixe au 13 décembre, on fêtait Lucie le 23 décembre après le solstice d’hiver, à ce moment-là le soleil reprend timidement sa course vers le ciel, c’est pourquoi on lui associe le dicton : « A la sainte Luce, le jour avance du saut d’une puce »*, ce qui n’a donc plus de sens de nos jours à cause du changement de calendrier.

Lire la suite

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Revontuli, la légende du renard de feu

En finlandais, il existe un mot bien particulier pour désigner les aurores boréales, « revontuli », la signification première de ce mot est « renard de feu », vous vous demandez bien quel est le rapport entre ces deux sens. C’est en lisant cette légende same que vous comprendrez le lien entre les deux.

Lire la suite

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Nous les appelons VIKINGS, l’expo…

Vous êtes de passage dans la région de Nantes cet été ? Pour échapper à la chaleur ambiante, entrez dans le château des ducs de Bretagne qui abrite le musée d’histoire de Nantes. Les vikings vous y attendent de pied ferme dans une exposition intitulée « Nous les appelons VIKINGS », composée d’objets reproduits mais aussi d’originaux issus du Musée historique de Suède (sous la direction de son conservateur principal Gunnar Andersson), un bon bol d’air frais en territoire nordique !

Lire la suite

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Bribe de temps païen: le feu de joie d’Ålesund

Dans les pays scandinaves, le culte du soleil est resté au fil des siècles bien présent. On célèbre toujours ce moment particulier de l’année avec beaucoup d’enthousiasme.

Lire la suite

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | Un commentaire

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :