L’apprentissage des Runes


Mes lecteurs me demandent souvent des livres sur les runes ou des méthodes de travail pour débuter, pour les premiers, je suis bien en peine de leur répondre. La première consigne que l’on donne à un élève dans ce domaine est de ne jamais lire quoi que ce soit sur les runes, la majorité des ouvrages ne fait que retranscrire les résultats de recherches appartenant à l’auteur, qui ont pour la plupart du temps été déjà copiés sur le travail d’un précédent, ce qui n’est d’aucun intérêt car les runes ne sont pas standardisées bien que ce soit ce qu’on essaiera de vous faire croire. J’admets que les ressentis convergent vers des lignes communes, mais les runes s’adresseront à vous de manière unique car vous êtes unique, vous ne les percevrez sûrement différemment qu’un autre élève.
La lecture de travaux déjà aboutis vous influencerait dans votre propre apprentissage et fausserait votre démarche. Cela est toujours rassurant et facile d’utiliser du « tout fait ». Imaginez-vous porter un costume sur mesure, qui vous va parfaitement, agréable à porter, dans lequel vous êtes à l’aise plutôt qu’un costume en « prêt-à-porter » standard, de tissu médiocre, qui est mal taillé et que vous verrez porté dans la rue par votre voisin. La première option demande un plus long travail, est plus coûteux, mais vous vous sentez quand même bien à l’aise dedans car il a été cousu juste pour aller à votre silhouette. Les runes sur mesure (comme le costume) vous vont comme un gant, elles ont été travaillées par et pour vous, vous êtes en accord les unes avec les autres, ce qui n’est pas tout à fait le cas des runes prêt à apprendre, vous avez dû vous plier et les contraindre aux consignes d’un avis tout fait, autre que le votre. La compréhension entre elles et vous n’est donc pas totalement libre mais imposée, la communication sera plus ou moins fluide, plus ou moins mauvaise ou bancale.
La seconde consigne concerne ceux qui ont déjà lu des ouvrages sur le sujet: « oubliez tout » pour les mêmes raisons que précédemment, vous risquez d’être influencé par ce que vous venez de lire, les résultats du travail ne sera pas entièrement le votre.
Un bon livre, un bon maître de rune vous enseignera comment les aborder personnellement et ne vous donnera pas leur signification.

Pour ceux qui me demandent une méthode de travail, voici la mienne, celle que l’on m’a enseignée, elle n’est peut-être pas parfaite mais elle est assez complète. Vous pouvez l’adapter à vos besoins. Elle a le mérite de faire appel à vos sens, à votre perception et à votre réflexion.
Voici la démarche pour l’apprentissage avec l’ancien fuþark qui est composé de 24 runes, mais elle vaut aussi pour les autres.

Séance 1 : réfléchir sur sa démarche

Avant de commencer le travail en profondeur, faites un point sur vous-même et sur les runes : quelles sont les raisons qui vous motivent ?, Quelle place allez vous leur accorder dans votre vie ? Que vont elles vous apporter au quotidien ? Êtes vous prêt à réserver le temps nécessaire pour faire leur connaissance ? Que sont-elles pour vous ?…

Après avoir répondu à toutes les questions posées et s’être décidé sur la poursuite ou sur l’abandon de votre apprentissage, vous allez visualiser une à une chaque rune et leur donner un nom (chaque rune a plusieurs noms selon le lieu et l’époque), choisissez celui qui vous parle le plus (vous pouvez les nommer plus tard quand vous les travaillerez une à une également).

Soyez conscient que faire connaissance avec l’ensemble des vingt-quatre runes va s’étaler sur plusieurs mois ou années à raison de plusieurs séances de une à deux heures de travail par semaines (selon vos possibilités), inutile de faire de l’intensif, vous n’apprendrez pas mieux, bien au contraire il faut laisser des moments de latence où la rune va s’ancrer ou fermenter en vous (comme l’hydromel doit reposer pour être bon à savourer).

Travaillez les runes une à une, tant que vous n’avez pas terminé l’assimilation d’une rune ne passez pas à la suivante, pour cette raison, vous choisirez vous même l’ordre de travail, commencez par celles qui vous parlent.

Tout travail sur les runes se déroule en deux étapes : une étape « interne » d’échanges, de recherche d’élève à rune et une étape « externe » où la rune sort de l’élève pour prendre vie.

Séance 2 : apprivoiser la rune

  • Mettez-vous à l’aise en position de méditation (couché ou assis en tailleur), au calme, prenez le temps de respirer, fermez les yeux

  • Choisissez la rune à étudier, donnez-lui son nom

  • Appelez la rune, visualisez-la

  • Quelle est son odeur ? Laissez son odeur vous envahir.

  • Quel est le son qui l’accompagne ? Écoutez-là!

  • Quel est son goût ? Goûtez-la !

  • Quelle est sa texture ? Caressez-la !

  • Quelle est sa couleur ? Contemplez-la de près !

  • Ouvrez les yeux

  • Notez ce que vous avez vu et ressenti

Séance 3 : graver la rune en soi

  • Mettez-vous à l’aise en position de méditation (couché ou assis en tailleur), au calme, prenez le temps de respirer, fermez les yeux,

  • Appelez la rune, visualisez-la devant vous,

  • Faites-la briller,

  • Lentement laisser-la s’approcher de vous,

  • Laissez-la pénétrer par votre troisième œil, parcourir votre corps,

  • Vous pouvez ressentir l’envie de conduire la rune vers tel ou tel chakra, cela dépend de la rune travaillée, faites-le,

  • Poussez-la ensuite jusqu’à l’intérieur de vos paumes, elle doit toujours briller,

  • Ouvrez vos yeux,

  • Notez vos impressions, vos ressentis ou visions.

séance 4 : faire parler la rune

Dans votre grimoire ou votre carnet de bord que vous consacrerez uniquement à l’étude des runes, à l’aide de vos notes déjà prises, composez un texte, une dissertation, un poème ou une nouvelle sur le thème de la rune choisie.

Séance 5 : graver la rune sur un support

Il est important de graver la rune pour marquer la fin de l’assimilation de la rune. Il peut s’agir d’un dessin, du gravage sur un bâton de pouvoir, sur des perles pour faire un collier symbole de votre apprentissage ou tout autre support (pierre, bois, cuir…).

Vous pouvez découper les séances de travail en plusieurs cessions. Vous constaterez donc que plusieurs semaines sont indispensables au travail sur une rune. Mais qu’elles sont parfaitement assimilées.

Laissez aller votre instinct créatif, votre imagination, quel que soit l’étape. J’ai, au fil de mes lectures sur la toile, lu un article où l’élève afin d’assimiler la rune préparait des petits biscuits sablés sur lesquels elle gravait les runes. Les jours où elle travaillait la rune, elle mangeait les biscuits correspondants. Je trouve cette idée très riche symboliquement, très positive.

 

Runes, nom et mot clé...

Runes, nom et mot clé…

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :