Les Conteurs du Nord de Régis Boyer

Les peuples du nord sont de grands conteurs. Sous des aspects un peu bourrus et introvertis, en privé, chacun y va de sa petite anecdote personnelle ou de grandes histoires familiales racontées depuis des générations.

Le conte servait en premier lieu à divertir, sous ces latitudes où la vie était très difficile, il permettait d’alléger le quotidien. Dans un second temps, il servait de justification, à donner un sens au monde, car le conteur nordique n’aime pas l’absurde, la magie n’a que peu de place dans les contes. Les héros n’ont pas de pouvoirs, ils sont simplement des représentants hors pair de leur lignée, par les valeurs qu’ils portent en eux. Bien sûr on y rencontre des trolls, des revenants et autres créatures fantastiques, mais eux-mêmes ne possèdent pas de caractéristiques magiques, ils font partie du quotidien, car chez les scandinaves, la frontière est mince entre notre monde et l’univers surnaturel. Le conte a également des valeurs pédagogiques, il donnait les règles pratiques de comportement. Et pour finir, il servait à contrôler, à maintenir les convenances par la dérision et l’humour.

Il faut remonter aux peintures rupestres pour aborder la genèse des contes. L’analyse des gravures se superpose à celle de certains textes. Ce sont des thèmes qui se sont enrichis pendant les siècles de paganismes, puis de chrétienté. Ils ont aussi contribué à enrichir la littérature scandinave moderne dans laquelle on trouve de multiples traces de ces contes du temps passé.

Régis Boyer maîtrise bien son sujet qui le passionne comme d’ailleurs tout ce qui touche à la littérature scandinave. Je ne peux que redire sans cesse la même chose sur ses études, c’est dense, complet et très bien documenté. Celle-ci est peut-être un peu plus spécialisée que les autres. Le thème porte davantage sur les contes en eux-mêmes que sur les conteurs, c’est un peu trompeur. Mais on lui pardonne volontiers !

Pour en savoir davantage: Les Conteurs du Nord

Les Conteurs du Nord

Catégories : Essai, Lectures conseillées ou non, Non classé | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Manifestation de la Hamingja et de la Fylgja…

Au cours de mes lectures, j’ai beaucoup rencontré la notion de Destin. Il semble évident qu’il tient LA place par excellence de notre vie à notre mort. Il s’exprime par la Fylgja et la Hamingja, ces deux entités tutélaires, l’une attachée à la personne et l’autre à la famille (autrefois élargie au clan). Ces termes paraissent bien difficiles à cerner, très abstraites tant que l’on ne les a pas éprouvés soi-même.
Comme disait Régis Boyer : « la religion des Anciens Scandinaves est un ensemble de pratiques rituelles destinées à entretenir à l’intérieur de la famille (ou du clan) l’existence vivante en chacun de ses membres d’une force sacrée qui a été concédé par le Destin. Ce n’est pas seulement le sang qui unit la famille, c’est une relation commune à une puissance suprême dont les Dieux font partie. » La religion scandinave est donc une religion qui doit être vécue avant d’être pensée !

En pratiquant régulièrement même par des petits rituels, des liens se créent, la force sacrée s’exprime plus intensément au fil du temps. Voilà comment au cours des deux dernières années, j’ai pu moi-même appréhender les notions de fylgja et de hamingja dans ma vie personnelle. Je vais vous raconter comment cela s’est passé.

J’ai toujours eu des relations un peu difficiles avec mes parents, ce qui m’a amené à couper tout contact avec eux pendant presque 13 ans ainsi qu’avec mon demi-frère. Un sentiment de coupure familiale est apparu avec le temps. Je me sentais coupée non seulement de mes parents (ce que j’avais choisi), mais aussi de mes grand-parents (déjà décédés à l’époque). Cela s’amplifiait à mesure que je progressais dans la religion nordisante.
Les années passant, mes parents ont vieilli et je pense que le Destin m’a tapé sur l’épaule pour me dire qu’il était temps que je l’accomplisse. Cela a commencé par une invitation à une cousinade. Une grande réunion de famille où j’ai pu revoir mes cousins et cousines (j’en ai une trentaine), et oui nous sommes une famille très nombreuse ! Et je n’ai pas compté les petits cousins… Quoi de plus symbolique que cette réunion, mais à ce moment-là, je ne savais pas que j’avais sans le savoir fait un pas vers une remise en selle.
Mon papa avait été hospitalisé quelques jours avant cette cousinade, j’en avais été prévenue, je ne sais plus comment. Tout le monde m’a demandé des nouvelles, je leur ai expliqué la situation entre mes parents et moi. Cela m’a beaucoup donné à réfléchir.
L’hôpital était à deux pas de chez moi. Je suis allée rendre visite à mon père plusieurs fois. Pendant ces visites, il m’a beaucoup parlé de mon demi-frère et de sa méchanceté à leur égard, à papa et à ma mère. Ces derniers étaient très âgés (90 ans) et très vulnérables. Lorsque la sortie d’hôpital s’est profilée, j’ai pensé que la vie de chacun allait reprendre son cours.
Il n’en a rien été, mon demi-frère est venu, contre toute attente, me rendre visite avec ma mère que je n’avais pas revue jusque-là. Il était venu me demander mon aide pour la sortie de papa. Mes rapports avec mon demi-frère étaient très distants.
Papa a été placé en EHPAD, j’ai recommencé le voir, ainsi que ma mère régulièrement. Mais au bout de quelques mois, mon demi-frère a tenté diverses manipulations sur mes parents. Je ne pouvais pas nier que j’étais tombée à point nommer pour les aider. J’ai eu l’impression d’être téléguidée par une main invisible pour les sortir d’affaire. À ce stade, je ne me posais plus de question, je savais qu’on m’avait placé là pour les protéger, je l’ai vraiment ressenti : je trouvais toujours une personne pour m’aider en cas de difficultés et les événements s’enchaînaient dans un timing parfait. C’est peut être une des premières fois où j’ai clairement senti ce que pouvait être la fylgja qui me permettait de rétablir ma place dans la famille (mon demi-frère avait toujours eu le beau rôle depuis tout petit). Je savais ce que j’avais à faire, j’étais à ma place !
J’ai mis mon papa sous protection juridique, ce qui a été fait sans souci particulier et a stoppé toute action de mon demi-frère. Mais cela fait, il a continué ses intimidations auprès de ma mère, seule à son domicile. Après que sa santé en eu fortement pâti, elle a été placée également en EHPAD contre l’avis de mon frère et après différentes démarches effectuées pour la mettre en sécurité.

C’est après toutes ces épreuves que j’ai ressenti une impression très étrange lorsque je me suis retrouvée dans la maison de mes parents maintenant inhabitée. C’est une maison qui appartient à la famille depuis trois générations. J’ai senti un poids sur mes épaules comme une prise de conscience soudaine : j’avais rétabli l’équilibre que mes parents et moi avions laissé basculer. Le Destin avait désormais repris son cours, l’image d’une barre courbée qui se redresse est apparue à mon esprit. Était ce ça la hamingja qui protégeait le destin de la famille et qui me permettait de protéger des membres de la lignée ? Pour moi, il est clair que oui.
Lorsque je quitte la maison, j’ai à chaque fois un pincement au cœur, elle me rattache à ma famille, et je sens plus fortement l’appartenance à ma lignée. Je fais partie d’un tout qui s’étend sur des siècles et dont je suis une des représentantes, en ce qui concerne mes parents, l’unique représentante.
J’ai pris effectivement conscience qu’une force plus grande que nous existait, qui nous mettait à disposition les moyens nécessaires à la mise en œuvre du rétablissement de l’équilibre et de notre Destin. Quand les signes arrivent, la seule conduite à tenir est de les observer et de les suivre sans se poser trop de questions et sans résistance. Personnellement je me suis sentie poussée des ailes parce que simplement j’ai senti une grande force me soutenir. Ma vie n’en a été que meilleure et a été rétablie dans son cheminement naturel. Des injustices ont été réparées et j’en ai récupéré tous les bienfaits du point de vue moral et psychologique. Le temps et le Destin ont fait leur œuvre…

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

La Grande Déesse du Nord de Régis Boyer

La Grande Déesse est un thème courant dans tout le domaine indo-européen. Dans le nord ancien, elle n’existe déjà plus en tant que telle, mais Régis Boyer tente ici de cerner les divers aspects de cette figure dont ont hérité les dieux et déesses scandinaves ainsi que les êtres peuplant l’univers nordique comme les Mères, les Nornes, les Valkyries, les Dises ou les Vanes.
La Déesse était nécessairement la donneuse de vie, la parturiente et nourriceuse, elle procrée sans époux attitré (la notion de « père » n’a surgit qu’il y a 7000 ans), se reproduisant par auto-genèse. Avant que les indo-européens n’ajoutent leur touche culturelle au substrat scandinave déjà présent, la Femme régnait donc en maîtresse sur ces terres. Ce n’est qu’avec cet ajout que la notion de parité intervient : pour que la Déesse (tellurique) puisse être fécondée, on lui attribue dès lors un dieu, solaire de préférence, qui lui apportera la chaleur et la lumière printanière après le rude hiver nordique. Ensuite chronologiquement émerge l ‘Homme en tant que divinité première et essentielle.
C’est ainsi que les caractéristiques de notre Déesse primordiale se retrouvent « dispersés » dans nos déesses et dieux, car cette Grande Mère est devenue un collectif. J’insiste sur la présence des dieux dans la représentation du féminin puisque plusieurs d’entre eux ont un aspect double, pour ne citer que Njord ou Freyr pour exemple. Le premier, dieu de la mer, père nourricier, ayant été vraisemblablement masculinisé comme tendrait à le prouver son double germanique Nerthus typiquement féminin. Pour le second il ne serait qu’une face de sa parèdre Freya qui représente son aspect féminin ou inversement.
Régis Boyer étudie ensuite les trois déesses qui à ses yeux ont pris le visage de La Grande Déesse : Freya, Frigg, Skadi, l’une possède son côté fertilité/fécondité, l’autre sa face mère, épouse et la dernière son aspect guerrier. Toutes les autres déesses recensées dans la littérature sont des hypostases des trois citées.
Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le choix de ces trois déesses, mais l’essai n’en reste pas moins très intéressant. Comme d’habitude avec l’auteur, il faut savoir lire entre les lignes, déduire. Mais on sait toujours à quoi s’attendre avec Régis Boyer : du sérieux, de la passion et beaucoup de digressions ! Il faut lire et relire pour extirper tout le contenu dans ses moindres détails. Il faut aussi avoir à sa connaissance toutes les bases de la mythologie nordique, tous les mythes principaux, sinon gare aux décrochages !

Pour plus d’informations sur ce livre:
La Grande Déesse du Nord

Catégories : Essai, Lectures conseillées ou non | Étiquettes : , , | Un commentaire

La mythologie nordique racontée aux enfants…

Vous ne savez pas comment aborder la mythologie nordique avec vos enfants? Voici quelques enregistrements audios qui vous aideront à leur expliquer les principaux mythes. Vous pouvez les écouter ensemble et en discuter ensuite.

La Mythologie nordique

Odin et la Menace du Ragnarok

Sigurdur et l’Anneau maudit

Thor, Ennemi des Géants

 

D’autres légendes issues d’autres mythologies sont à votre disposition sur Acast

Catégories : Vidéos et documentaires | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Littérature islandaise en traduction française

En ce temps de confinement, je vous partage un lien précieux vers un site qui sans doute vous permettra de vous occuper et aussi de parfaire votre culture en littérature islandaise ancienne et moderne. Attention, il s’agit uniquement d’un catalogue des titres traduits de l’islandais en français. À vous ensuite de vous les procurer, mais certains titres sont disponibles en PDF à un prix de vente assez modique.
Cliquetez sur le bandeau pour accéder directement au site.

Bonne lecture !

Littérature islandaise en traduction française

 

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | Un commentaire

Les runes liées

Depuis quelques années, les runes reviennent en force. Plus qu’une question de tradition, il s’agit plutôt d’une mode. Cependant leur travail se mérite et demande un effort que peu sont prêts à faire. De plus en plus, nous voyons apparaître les fameuses runes liées qui sont souvent présentées comme talisman « tout fait », prêts à l’emploi, n’exigeant pas un investissement personnel important et surtout ayant un grand intérêt esthétique.

Ces constructions runiques ont été créés très récemment et nous n’en trouvons aucune trace historique reconnue. Aucune pierre runique ou objet gravé ne contient de runes liées sur la période qui va du IIᵉ siècle (première apparition des runes germaniques) au XIVᵉ siècle (date des dernières inscriptions runiques)! Certaines pierres contiennent en effet quelques symboles inconnus, mais uniques ne pouvant donc pas être reconnues comme généralement utilisée.
Les runes, en tant qu’écriture, n’ont pas survécu au christianisme et à l’implantation des lettres et de l’écriture latine dans le monde scandinave (sauf bien sur dans certains cas isolés !) Avec ces nouvelles lettres, plus faciles à tracer sur le parchemin, la culture et les savoirs continentaux ont été plus aisément assimilés et adaptés à la culture nordique. Des grimoires islandais sont apparus, mêlant la géométrie magique médiévale latine et les reliquats de connaissances runiques (comme le Galdrabok.) Ces documents datent du XVIᵉ, XVIIᵉ, ils sont donc bien postérieurs à l’utilisation runique magique commune. Ils comportent bon nombre de talismans (comme le heaume d’Ægir, Ægishjálmur ou le Vegvísir), mais toujours pas une ombre de runes liées.
Au grand regret de vous le dire, personne n’a jamais vu jusqu’à ces derniers temps de runes liées !
Un maître de runes digne de ce nom ne les a jamais utilisées et ne les utilisera jamais ni dans le passé, ni dans le présent. Pourquoi donc ? Parce qu’elles sont une véritable hérésie du point de vue magique. Au niveau manipulation des énergies, des lois existent et les ignorer est aller au-devant de graves ennuis.
Le maître de runes préférera les chants runiques à trois, six ou neuf runes où elles sont gravées distinctement les unes des autres selon un emplacement géométrique particulier qui correspond au travail à effectuer. Ensuite il chargera ses runes en énergie pour les nourrir et les rendre actives. L’intention est claire, sans ambiguïté, tant pour le magicien que pour les runes, qui elles-mêmes deviennent « vivantes ». Il a écrit sa « formule » avec des « lettres » pour former un « mot » lisible et compréhensible. Les énergies travaillent en coopération et chacune dans un domaine bien précis.
Je vous mets en exemple ici un mot avec des lettres comme les chants sont formées de runes.

91649675_2572935333025937_5929281031633895424_n

Le mot IMAGE est compréhensible quand les lettres sont distinctes.

Dans le cas des runes liées, l’intention peut être clair pour le créateur, pour les runes, un peu moins, elles sont « en tas », d’autres runes non prévues au travail initial viennent s’inviter. Le « mot » écrit n’est pas nettement lisible, donc pas compréhensible à 100%, l’effet n’est pas entièrement sous contrôle de l’utilisateur. Ici les énergies se fondent les unes dans les autres et forment des « nœuds » impossible à démêler ou à modifier.

91123495_516472132639095_3227064041952247808_n

De quel mot s’agit-il MAGIE, IMAGE, MAGE?

Pour plus de compréhension, je peux vous donner une image concrète à transposer sur le travail des runes. Imaginez trois personnes sur une même tâche que vous avez commandée. Vous êtes le magicien, les trois personnes ici sont les runes. Par exemple, il s’agit pour vous de redécorer votre salon (c’est le travail demandé) en faisant appel à trois artisans (les runes), un est peintre et est chargé de peindre les murs, le second est carreleur et doit donc travailler sur votre sol et le troisième est décorateur, il doit mettre de jolis meubles dans ce salon. Dans le cas un, vous leur demandez de travailler dans le même lieu en même temps. Dans le cas deux, vous leur demandez de travailler les uns après les autres dans ce même lieu.
Dans la première situation, quel sera le résultat ? Je pense que vous aurez de bonne chance d’avoir un résultat désastreux ! Les artisans vont se marcher sur les pieds, le carrelage risque d’être mal posé, vos meubles tâchés de peinture et vos murs éraflés par les meubles ! C’est en somme le cas des runes liées, trois artisans qui se marchent sur les pieds en saccageant le travail final.
Dans le second cas, l’un vient après l’autre, le résultat sera celui que vous attendiez !
Ce n’est pas plus compliqué que ça !

Alors chants runiques ou runes liées ?
Pour un travail magique, il vaut mieux opter pour les chants runiques, simples et sûrs. Avec les runes liées, les effets peuvent être très néfastes, car les runes hors contrôle sont également nourries et s’expriment, car elles sont devenues vivantes.
S’il s’agit d’une œuvre esthétique, les runes ne sont pas chargées et ce n’est donc pas bien grave si ce n’est pas très lisible, ce n’est pas l’intention première. Les deux peuvent convenir !

Catégories : Non classé | 4 Commentaires

Erik le Viking de Daniel Lacotte

J’avais ce livre depuis longtemps dans ma bibliothèque, et je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt. Il s’agit de la saga romancée de Erik-le-Rouge dont j’ai fait une critique que vous pouvez lire sur mon autre blog ou sur le site Babélio. Bonne lecture!

De l'Ombre à la Clairière

Vous avez déjà entendu de parler de Erik le Viking ou Erik-le-Rouge et surtout de sa célèbre saga. Erik est de ces hommes qui ont mérités de passer à la postérité en ayant son histoire inscrite dans la mémoire de génération en génération, grâce aux scaldes, puis grâce à l’écriture .

Voir l’article original 274 mots de plus

Catégories : Non classé | Poster un commentaire

Bénédiction « contre nature »!

La bénédiction consiste à attirer la bienveillance d’un dieu ou d’une déesse sur une personne, un objet ou un lieu. En soi, c’est un acte simple qui à priori ne me pose en général aucun problème dans sa réalisation : il suffit d’avoir une idée précise de toutes les forces mises en présence, de les relier les unes aux autres par les mécanismes adéquats afin d’établir un lien stable et équilibré.

Lire la suite

Catégories : je ne dis pas que des bêtises...enfin je l'espère | Étiquettes : , , | Un commentaire

Le sacrifice (Blót)

Le Blót, voici un mot mystérieux, doté d’un grand pouvoir magique, il magnifie d’un coup, d’un seul toutes les réunions religieuses nordisantes les plus basiques. Il transforme les événements les plus profanes en des célébrations sacrées dignes des grands initiés. Mis à toutes les sauces, on l’utilise à tort et à travers dès qu’une fête pointe le bout de son nez. STOP au massacre, si je puis dire ! Il est temps de faire le point sur la pratique du blót !

Lire la suite

Catégories : Grimoire, La foi nordique au quotidien, Les rituels | Étiquettes : , , | 5 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :